Dans son discours du Nouvel An à la nation ce dimanche 31 décembre 2024, le président Ibrahim Traoré a souligné les réalisations et les défis rencontrés par le Burkina Faso en 2023, mettant l’accent sur la lutte en cours pour la liberté, la paix, la souveraineté et une véritable indépendance. Le Président a exprimé sa gratitude pour avoir atteint la fin de l’année et a rendu hommage à ceux qui ont sacrifié leur vie pour l’indépendance du Burkina Faso.

Le président Traoré a présenté les principales initiatives entreprises en 2023, axées sur la défense, les soins de santé et l’autosuffisance alimentaire. Il a salué la résilience du peuple burkinabè et souligné la nécessité de poursuivre les efforts en 2024 pour briser les chaînes de l’esclavage et du néocolonialisme. La création d’une brigade spéciale d’intervention rapide et les plans d’équipement stratégique des forces de défense ont été mis en avant dans le cadre de la réorganisation en cours.

Le Président a exhorté les citoyens à adopter des initiatives telles que l’Initiative présidentielle pour l’autosuffisance alimentaire et l’Offensive agricole, en soulignant l’importance du développement communautaire et de l’assainissement. Il a appelé à un effort collectif pour reconstruire et assainir les villes, en relevant les défis posés par les épidémies.

La renaissance culturelle était un thème central, le président Traoré soulignant l’importance de se réapproprier le patrimoine du Burkina Faso. L’officialisation des langues nationales et la création du Conseil national des communautés ont été citées comme des étapes vers la préservation et la promotion des valeurs culturelles de la nation.

Le Président a abordé la persistance de la corruption en 2023, en annonçant des plans pour une campagne anti-corruption intensifiée en 2024. Il a appelé les institutions impliquées dans la lutte contre la corruption à redoubler d’efforts.

Le président Traoré a exprimé sa confiance dans la voie choisie par le Burkina Faso et a réaffirmé la noblesse de la lutte pour la nation, l’Alliance des États du Sahel (AES) et l’Afrique dans son ensemble. Il a souhaité au peuple burkinabè une année 2024 saine et combative, appelant à l’unité et à la réconciliation pour une année de bonheur et d’aspirations comblées.

Le Président a conclu en remerciant le peuple burkinabè pour sa compréhension et son engagement à protéger la transition en cours, reconnaissant la menace continue de l’impérialisme. Le cri de ralliement « Vive le Burkina Faso ! Que Dieu protège le Burkina Faso ! La patrie ou la mort, nous vaincrons » faisait écho à la détermination et à la confiance du Président dans le triomphe de la nation.

By Ib_Z

Articles du même genre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *