L’heure du bilan

Douala a accueilli du 21 au 26 juin 2024 la 23ème édition des Championnats d’Afrique d’Athlétisme, marquée par des performances impressionnantes et quelques dysfonctionnements organisationnels. Les athlètes africains de renom ont su tirer leur épingle du jeu, confirmant leur suprématie dans leurs disciplines respectives.

Hugues Fabrice Zango et Mostafa Elgamel au sommet

Le triple sauteur burkinabé Hugues Fabrice Zango a conservé son titre en réalisant un bond de 17m18, ajoutant une nouvelle victoire à son palmarès déjà impressionnant. Il est non seulement champion du monde en plein air en 2023 et en salle en 2024, mais également le premier médaillé olympique de l’histoire du Burkina Faso. Le lanceur de marteau égyptien Mostafa Elgamel a également brillé en remportant son troisième titre continental.

Odile Ahouanwanou et Joseph Fahnbulleh : Les étoiles montantes

Odile Ahouanwanou du Bénin a dominé l’heptathlon avec 5777 points, s’offrant une troisième victoire consécutive après ses succès à Asaba en 2018 et à Saint-Pierre en 2022. Sa performance lui assure une place aux Jeux Olympiques de Paris 2024. Le Libérien Joseph Fahnbulleh a marqué les esprits en réalisant un doublé historique au sprint, avec des temps de 10’’13 au 100m et 20’’25 au 200m, se révélant comme l’un des grands espoirs du continent.

Les performances notables des Sénégalais et de Gina Bass

Les athlètes sénégalais ont également brillé à Douala. Louis François Mendy a remporté le 110m haies en 13’’49, Cheikh Tidiane Diouf a dominé le 400m en 45’’23, et Saly Sarr a triomphé au triple saut avec un bond de 14m06. Ces succès marquent un renouveau pour l’athlétisme sénégalais. La Gambienne Gina Bass a confirmé son statut de reine du sprint africain en s’imposant sur le 100m en 11’’14.

L’absence de Marie-Josée Talou et les choix stratégiques de Letsile Tebogo

Les attentes étaient élevées pour les retrouvailles entre Gina Bass et l’Ivoirienne Marie-Josée Talou, mais cette dernière a déclaré forfait après avoir survolé sa série. Le sprinteur botswanais Letsile Tebogo, recordman d’Afrique sur 200 mètres, a quant à lui choisi de ne pas poursuivre la compétition individuelle, préférant se concentrer sur les Jeux Olympiques de Paris. Il a néanmoins contribué à établir un nouveau record national avec son équipe du relais 4x100m, bien que celle-ci ait été disqualifiée en finale.

Les ambitions des grandes nations africaines

À l’issue de cette édition, l’Afrique du Sud, le Kenya et le Nigeria se sont imposés comme les grandes nations de l’athlétisme africain, occupant logiquement les trois premières places du classement général.

Malgré les critiques concernant l’organisation, les athlètes ont démontré leur détermination et leur talent, offrant au public de Douala des performances mémorables. Ces championnats ont non seulement mis en lumière les talents confirmés mais aussi révélé de nouveaux espoirs pour l’athlétisme africain.

By Ib_Z

Articles du même genre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *