Parquet militaire a tenu une conférence de presse, le samedi 1 juin 2024, à Ouagadougou, pour informer l’opinion nationale et internationale sur l’évolution de plusieurs dossiers en cours d’instruction devant les juridictions militaires, concernant des atteintes à la sûreté de l’État. Le procureur a détaillé trois dossiers principaux, en insistant sur le respect du secret de l’instruction et la protection des droits de la défense.

Dossier Dah Sami et Autres

En août 2023, des renseignements ont révélé que des militaires et anciens militaires des Forces Armées Nationales complotaient pour assassiner des autorités de la Transition. Les principaux suspects, l’adjudant Kaboré Wendinmalegdé, le sergent-chef Ramdé Brice Ismaël et l’ex-caporal Dah Sami, ont été arrêtés le 1er septembre 2023. Les investigations ont révélé que Dah Sami, récidiviste radié des Forces Armées suite à sa condamnation pour le coup d’État manqué de 2015, avait enrôlé les autres suspects moyennant de l’argent.

Le commandant Bélem Mahamadi, instigateur présumé et en fuite en Côte d’Ivoire, fait l’objet d’un mandat d’arrêt non exécuté. Les domiciles de plusieurs ministres et du Président de l’Assemblée Législative de la Transition ont été ciblés dans ce complot. Des civils, dont l’avocat Guy Hervé Kam, sont également impliqués. Kam a été mis en examen le 30 mai 2024 après avoir été libéré par les organes de la Sûreté de l’État et entendu par le juge.

Dossier Sanfo et Autres

En septembre 2023, le commandant Bélem Mahamady et l’adjudant Sanfo Mahamadi Al-Bassiri Ousmane ont conçu un projet d’incitation à la mutinerie dans plusieurs casernes militaires pour déstabiliser les institutions de la République. Sanfo a identifié des militaires susceptibles de soutenir ce projet, tandis que Bélem assurait la logistique.

Le 21 septembre 2023, un militaire a dénoncé ce complot, entraînant l’ouverture d’une enquête. Sanfo a été mis en examen le 27 septembre 2023 pour complot militaire et autres infractions. Des mandats d’arrêt ont été émis contre Bélem et Bissyandé Jules, toujours en fuite. L’instruction se poursuit.

Dossier Keita Boubakar et Autres

Le 27 septembre 2023, quatre officiers militaires ont été interpellés pour atteinte présumée à la sûreté de l’État. Le lieutenant-colonel Somda Evrard a été approché par ses pairs pour planifier un coup d’État, soutenu par diverses unités militaires et des organisations de la société civile.

Le juge d’instruction du cabinet n°1 a mis en examen les cinq officiers pour complot contre la sûreté de l’État et autres infractions le 6 octobre 2023. Un mandat d’arrêt a été émis contre le lieutenant-colonel Ouoba Djassanou Roméo, toujours en cavale. Le capitaine Ouedraogo Ulrich a également été mis en examen en février 2024.

Le Parquet militaire a assuré que l’instruction de ces dossiers se déroule dans le respect des droits de la défense et a appelé à éviter les spéculations infondées. Il invite toute personne détenant des informations pertinentes à se présenter pour témoigner. Le Parquet a également annoncé qu’une nouvelle affaire de complot contre la sûreté de l’État est en cours d’enquête.

By Ib_Z

Articles du même genre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *